Vous êtes ici

Dépression post-partum

Bonsoir... je pleurais dans mon lit en ressassant mes idées noires et j'ai décidé de prendre les choses en main pour aller mieux. Connaissez-vous un bon psychologue / psychothérapeute sur Lausanne pour le traitement d'une dépression post partum? Qui d'autre dans le milieu médical ou paramédical peut nous aider sans nous juger? Mon bébé a 12 semaines et je ressens un fort sentiment de culpabilité, j'ai l'impression que je ne l'aime pas assez, que je m'en occupe mal, j'ai peur d'inconsciemment lui en vouloir d'avoir souffert pendant mon accouchement, d'être fatiguée, de ne plus contrôler ma vie... ce petit bout de chou n'a rien demandé, c'est moi qui l'ai désiré, et maintenant je me sens tellement impuissante. Ayant eu quelques fois des gestes un peu brusques et ayant de plus en plus de mal à supporter ses pleurs, j'ai peur d'entrer dans un cercle vicieux, crainte de ses crises de pleurs, que lui ressente mon stress et d'aller de plus en plus mal...
Quand je vais mal comme ça, je culpabilise aussi en raison du fait que ces premiers moments passent tellement vite, je me dis que je ne connaîtrai plus jamais ça, le privilège de passer du temps auprès de mon premier enfant, de profiter de chaque étape de son développement... il faut que j'en profite à 100% sans me gâcher les journées et les nuits avec une soi-disant dépression... j'aimerais tellement faire les choses bien... mais quand les gens disent "profites-en, ça passe tellement vite", j'ai envie de leur réponde que j'aimerais effectivement que ça passe plus vite, que mon enfant puisse me dire avec des mots ce dont il a besoin, que j'aie de bonnes raisons de parfois le gronder. J'aimerais éviter de m'énerver encore contre mon fils, de le prendre brusquement en lui disant "qu'est-ce qu'il y a encore!!!" et me rendre compte qu'il devait juste faire un petit rot... je me déteste :(

Je ne suis pas passée par là mais je trouve très bien ton initiative de demander de l'aide. Sûrement tu auras ici une autre réponse d'une maman qui est passée par là. C'est chose courante tu n'es pas la seule.

Peut-être tu pourrais contacter une sage femme elles ont de toute façon des adresses.
Si vraiment tu sens que tu es à la limite et ne supportes plus les pleures tu peux te rendre à l'hôpital jour et nuit avec ton bébé. Tu ne serais pas pour cela une mauvaise mère, au contraire tu es une maman prévenante vu que tu cherches le bien être pour ton bébé.

Il est encore petit, tout est frais, une vie nouvelle pour toi. Il faut du temps parfois pour les changements, s'habituer à tout ce changement. Ton corps aussi doit suivre avec en plus le chamboulement hormonal qu'on ne peut pas gérer.
En plus reconnaître les pleures des bébés n'est pas une chose innée, ca se fait petit en petit,...

Je te souhaite que vite cette mauvaise période soit derrière et que vous puissiez vivre avec armonie cette vie de famille.

Essaye de t'entourer de personne avec qui tu te sens bien si tu as ça à porter de main. (Pas toujours évident de trouver mais ça peut sûrement aider pour sortir les idées noires de la tête)

Moi je suis très "bébé" ma patience est je pense illimité avec les nourrissons, mais j'ai plus de peine plus tard quand ils sont plus grands. On est aussi tous différente de se côté là.

J'ai souvent entendu des mamans dire qu'elles n'ont pas aimé les premiers mois de vie de leurs enfants. Je pense qu'on a peut être une trop grosse attente et pression exterieur qui dit qu'on doit être heureuse, que c'est fantastique, .... On l'est mais le bonheur n'est pas constant et c'est normal. On doit toujours aller de l'avant et le chercher un peu.

Pleins de courage à toi.

Ton témoignage me touche énormément... j aurai pu l écrire mot pour mot il y a 7 ans.
je te félicite de chercher à t en sortir grâce à de l aide médicale. Je ne l avais pas fait à l époque et aujourd'hui je le regrette.
Tu vas t en sortir c est sûr.
Ton bébé t aime même si tu n es pas au top en ce moment. As tu qqn à qui tu pourrais le confier deux heures? Pour que tu puisses dormir?
Je remarque que mes crises d angoisses ou d énervement sont toujours liées au manque de sommeil peut être est ce le cas pour toi?.
Je n arrivais pas à me rendormir entre deux tétées car j étais dans l angoisss du réveil suivant...
j ai aussi vécu ce sentiment de perdre tout contrôle de ma vie. Le jour où j ai accepté cela... ça m a aidé. Je peux t assurer que ton bébé ne va pas toujours pleurer autant qu il ne sera pas toujours aussi dépendant de toi. Chez moi cela s est amélioré lorsqu'ils ont réussi à s asseoir seul. Ça a été leur premier pas vers l autonomie.
je te conseille de prendre ta journée heure par heure pour ne pas te sentir submergée.
je détestais les gens qui disent que ça passe vite. Je leur disais "ça passe vite quand c est le bébé des autres"
Pour moi je ne faisais plus la différence entre le jour ou la nuit j avais l impression d être avec un bébé hurlant tout le temps.
je pense qu il faut que tu arrêtes de culpabiliser. Je trouve que la société fait en sorte de beaucoup culpabiliser les parents et surtout les mamans... quoiqu'on fasse quelqu'un trouvera toujours à y redire.
tu as raison de chercher de l aide auprès d un psychologue. Je te conseillerai aussi de contacter une sage femme pour qu elle vienne à la maison te rassurer sur le lien avec ton enfant.
il y a aussi les maisons vertes dans lesquelles tu trouveras de l aide et tu pourras créer des contacts avec d autres mamans..personnellement ça m a avait fait beaucoup de bien de voir que je n étais pas seule à en baver.
avec le recul mon aîné a 7 ans je ne pense pas que cette période noire ait laissé des traces dans notre relation. Mon fils était très demandeur il avait des besoins intenses lorsqu'il était nouveau né et je le vivais très mal.
Aujourd'hui cela reste un garçon qui a un fonctionnement particulier (il est hp) et il a les émotions à vif. Je me rends compte qu on était les deux responsables de cette situation depuis le début.
Maintenant j arrive à dire que j adore mes enfants mais que je n ai pas aimé la vie avec un nouveau né... pour diverses raisons... Lorsque j exprime cela ouvertement cela délie les langues et finalement d autres mamans osent aussi exprimer leur ressenti et je crois qu on a le droit d aimer et se désirer nos enfants et finalement ne pas aimer notre vie durant leurs premières semaines et les moments fusionnels qui en découlent.. A mes yeux cela n enlève rien à l amour que je leur porte.
Oups je me rends compte que je n ai jamais écrit un pavé pareil sur ce site ...
Je t envoie un wagon de courage... de patience et je t encourage à chercher de l aide pour éviter que cela s éternise.

Je te comprends plus que bien... je t'envoie du courage...

J'ai été suivie par une psychologue fantastique qui est reconnue dans le domaine de la famille. Pré et post-partum. Relation difficile, adoption... bref tout ce qui est des liens familiaux.
Elle travaille en délégation avec une psychiatre. Donc tu as le choix de faire jouer ton assurance de base ou ta complémentaire.

C'est madame Janvier-Pernet. Élie est dans le centre médical d'epalinge à droite à la sortie du métro.
Route de la corniche 1.

Voilà je te souhaite plein de courage

Merci infiniment pour vos réponses, ça m'apporte beaucoup, je vais devoir les relire plusieurs fois pour bien enregistrer toutes les choses intéressantes que vous me dites... ce matin c'est à nouveau très difficile, je pleure, je me sens épuisée... je pense que mon bébé le ressent... pour l'instant il dort mais je redoute le moment où il se réveillera et me verra dans cet état, je sais qu'il ne faudrait pas mais je me culpabilise tellement :( je vais contacter la psychologue dont tu me parles coco31, merci beaucoup. C'est vrai qu'on nous met une pression énorme sur les épaules, autant ce qu'on peut lire que ce que l'entourage nous dit... tout devrait être tellement beau et parfait, et on se sent abominable de ne pas le vivre comme ça... par exemple je fais beaucoup dormir mon bébé sur le ventre car il est beaucoup plus calme comme ça. J'essaie toujours d'abord sur le dos mais je finis presque à chaque fois par le retourner, avec cette petite voix dans ma tête qui me dit "mort subite attention!!!". L'autre chose qui me perturbe c'est l'allaitement. Je n'aime pas ça et ne ressent pas ce lien "incroyable" avec mon bébé lorsqu'il tète. Je le fais quand même, pour son bien et sa santé, mais je me réjouis d'arrêter... depuis peu je complète au biberon, mais encore une fois j'ai l'impression que je ne fais pas bien mon travail de mère... j'ai toujours été très sensible au regard des autres mais c'est la première fois que je le vis aussi péniblement. J'espère qu'un soutien psychologique pourra m'aider et que j'arriverais vite à me sentir épanouie avec mon bébé. Merci encore pour votre aide je vous embrasse toutes.

Donc normalement elle pourrait te prendre rapidement...

Pour ce qui est de l'allaitement, il faut quand même dire que ça maintien un niveau de moral bas. J'ai allaité pendant 2 ans avec une dépression post partum mais hormonale ment ça maintien un taux d'oestrogene bas qui n'aide pas à remonter la pente. Je suis d'habitude plutôt une pro allaitement, mais il est surtout et avant tout important se s'écouter.
Si tu n'aime pas la sensation d'allaiter, c'est compliqué.
Peut être que tu pourrais dans un premier temps tirer ton lait et le donner au biberon.
Pis vraiment, les laits artificiels sont de bonne qualité. Les enfants grandissent bien, vont bien. Donc ne culpabilise pas.

Ce serait d'ailleurs bien de suivre le conseil ci - dessus et de parler à ta sage femme. Elle saura certainement t'aiguiller au mieux.

Je crois que toutes ici sans exception. On a reçu de super conseils qui disaient tu dois faire ci ou ça.
Par exemple ma mère m'avait dit. Ne fait jamais dormir bébé dans ton lit. Tu n'arriveras jamais à le remettre dans le sien.
Ben tu sais quoi après 3 semaines de nuits blanches ben il n'a pas seulement dormi dans mon lit. Il a dormi dans mon lit, sur moi, sur le ventre et attaché avec une écharpe de portage pour ne pas qu'il tombe et moi j'ai dormi assise dans mon lit... parce qu'un moment il faut pouvoir se reposer...

Donc si jamais un porte bébé peut être intéressant car les bébés sont contre maman et à la verticale donc moins de soucis d'estomac et plus calme car maman et là et toi tu as tes 2 mains libres...
Si il pleure beaucoup tu peux aller voir une osteo pour voir s'il n'a pas un truc qui l'embête suite à l'accouchement.
Il y a aussi la kinesio ou l'aura thérapie qui peuvent aider.

Je te donnes des postes hein... des fois le fait d'être active, on a au moins l'impression d'être moins impuissante.

Bref pis si vraiment ça va pas... il y a toujours l'hôpital de l'enfance qui peut prendre en charge bébé un moment pendant que tu te reprends...

Pis si tu veux, habitant aux environs de lausanne, on peut se voir histoire de prendre un café, papoter ou autre pour changer les idées.

Bref plein de courage et crois-moi je compatis un max.

Hello,

Tout d'abord plein de courage à toi !

Je crois qu'on est beaucoup à être passée par là, je pense que c'est normal mais peu de maman/copine en parle. Ça fait pas bien si tu vois ce que je veux dire.

En plus des conseils donné plus haut, il y a aussi le cms qui a une partie parent/enfant. Tu peux demander à voir qqun pour disucter, ils ont plein de bon conseil, c'est gratuit. Des fois juste le fait de parler à qqun d'extérieur fait du bien, soulagé et ouvre d'autre piste.

Je sais pas à Lausanne mais à yverdon il y a un nouveau service qui s'occupe des parents à bout, tu peux y laisser ton bébé qq jours/nuits le temps de récupérer de l'énergie (c'est souvent ce qui nous mets dans ces états en plus des hormones...)

Et si ça va plus, laisse ton enfant 5min en sécurité dans son lit même si il pleure, porte fermée, le temps pour toi de décompresser. Mieux vaut ça qu'un bébé secoué ;)

Plein de courage.

Maman de 2 p'tits mecs d'octobre 2013 et août 2015 :)